Le Secrétariat National à la Solidarité et aux Victimes de Guerre de Côte d'Ivoire
       
Dimanche 30 avril 2017
EN BREF: • 17 mai 2011 - 10 heures IVOTEL-PLATEAU:  Invitée de la causerie-débat du réseau des professionnels de la presse en ligne de Côte d'Ivoire     
PARTENAIRES
URGENCES
CECOS: 147 / 22482056
GSPM: 180
SAMU: 185
Police: 111 / 170

BIENVENUE SUR NOTRE SITE

C’est avec la plus grande joie que nous vous souhaitons la bienvenue sur le site du Secrétariat National à la Solidarité et aux Victimes de Guerre, dont l’utilité, que vous apprécierez sans doute au fur et à mesure que vous le consulterez, répondra rapidement à vos attentes.

Si nous l’avons voulu aussi varié dans sa présentation, c’est qu’il devait impérativement correspondre aux innovations qui ont imposé sa création.

Première innovation : Le Décret n°2010-38 du 25 mars 2010 a reconverti le Ministère de la Solidarité et des Victimes de guerre en Secrétariat National à la Solidarité et aux Victimes de Guerre.

Il a été suivi du Décret n°2010-60 du 27 avril 2010, qui a porté nomination du Secrétaire National à la Solidarité et aux Victimes de Guerre.
Pour l’essentiel, cette décision des plus hautes autorités de l’État a impliqué nombre de modifications dans le fonctionnement de l’administration de la Solidarité et des Victimes de Guerre, et ce, à multiples niveaux, notamment :

* La coordination multisectorielle des activités gouvernementales y afférentes

* Le fonctionnement interne et les liaisons entre départements du Secrétariat National

* L’importance de sa dotation budgétaire

* Le volume du personnel affecté

* Le réajustement et la réorientation de ses programmes

* Ses relations de partenariats avec les organismes humanitaires

Deuxième innovation : Notre plan d’action sur six mois s’élabore par conséquent autour de ce constat. Contre vents et marées, il nous appartiendra néanmoins, en priorité, de remédier à tous les problèmes énumérés ci-dessus afin de mettre en œuvre :

* Le programme d’identification des victimes de guerre

* La procédure de réparation et d’aide aux victimes de guerre

* Le programme de renforcement de la solidarité agissante et de la cohésion sociale

* Le plan d’initiation aux pratiques de la cohabitation pacifique au sein d’une Côte d’Ivoire post-crise

Troisième innovation : Pour mener à terme la mission que nous nous sommes assignée, l’ancienne structure du défunt Ministère de la Solidarité et des Victimes de Guerre a été repensée avant d’être refondue. D’une dizaine de directions centrales, nous sommes passés à six (6) départements :

  • Affaires Administratives et Financières
  • Solidarité
  • Victimes de Guerre
  • Communication et Relations publiques
  • Mémoire de Guerre
  • Planification, Statistiques et Documentation

Il appartiendra ainsi aux différents départements de donner le meilleur d’eux-mêmes pour faire aboutir ce projet de société aussi bien solidaire et soucieuse du partage, que bienveillante et aimante pour les citoyens de ce pays.

Déjà, le Secrétariat National a initié un atelier important sur les critères de définition et les modalités d’indemnisation des victimes de guerre les 4 et 5 août dernier, qui s’est tenu au Golf Hôtel à Abidjan.

Ensuite, nous étions de plain-pied dans la Journée Nationale de la Solidarité, événement non moins crucial. Akwaba à Bouaké, capitale de la paix Quatrième innovation : La 5e Édition de la Journée Nationale de la Solidarité, qui s’est déroulée à Bouaké le 25 août 2010, constitue pour cette année l’innovation, l’événement majeur de l’actualité du Secrétariat National à la Solidarité et aux Victimes de Guerre, et le grand soin que nous avons mis à la préparation de ces festivités témoigne de l’importance que notre département ministériel y attache.

Deux manifestations indépendantes l’une de l’autre lui avaient servi de prologues : d’abord le lancement proprement dit de la Journée Nationale de la Solidarité, ensuite l’atelier autour de « la Définition des critères d’identification et la détermination des modalités d’indemnisation des victimes de guerre ».

Le lancement de la Journée Nationale de la Solidarité, qui a eu lieu le mercredi 28 juillet dernier, nous a servi d’occasion pour rappeler les grands axes de notre action, qui s’inscrivent en ligne droite du processus de sortie de crise, et sur lesquels je ne reviendrai pas dans cette édition.

Par la même occasion, l’honneur nous est échu d’être élevée au grade de Commandeur dans l’ordre du Mérite de la Solidarité, un hommage dont je ne saurais dire assez ma fierté de l’avoir obtenu du Grand-Chancelier grâce au Premier Ministre et au Président de la République.
Mon seul souhait est que cet acte de reconnaissance nous facilite la tâche en tant qu’acteurs clés dans le programme que le Gouvernement a mis en place pour le renforcement de la cohésion sociale nécessaire au retour à la paix.

C’est du reste en cette qualité que nous nous sommes personnellement rendue au Congo-Brazzaville pour décerner à la Première Dame du pays, Mme Antoinette Sassou Nguesso que je salue de nouveau ici, la médaille de Commandeur de l’Ordre du Mérite de la Solidarité.

Nous ne le répéterons jamais assez : les victimes de guerre ne doivent pas être le maillon faible du processus de sortie de crise. Là réside notre priorité essentielle, et c’est en vertu de ce principe que nous avons initié les 4 et 5 août dernier un atelier autour du thème : « Définition des critères d’identification et détermination des modalités d’indemnisation des victimes de guerre. »

Deux jours durant, nous avons débattu de ces questions brûlantes afin d’en extraire un cadre juridique à partir duquel nous pourrons soumettre un projet au Gouvernement. Nous avons retenu que l’identification des victimes de guerre est un excellent moyen pour mieux les prendre en charge.

Elle devrait en conséquence être menée dans un processus transparent qui permette de consigner une mémoire collective utile à la cohésion nationale. De même, comme il a été suggéré par l’un des conférenciers, nous préférons aujourd’hui employer le terme « réparation » au lieu de celui d’ « indemnisation ».
Nous sommes sur la bonne voie, il reste à parcourir beaucoup de chemin mais une fois le processus enclenché, nous ne reculerons plus. Car nous voilà donc aujourd’hui face aux problèmes graves qui interpellent la population ivoirienne tout entière.

L’occasion nous a été offerte de nous réunir dans la Capitale de la Paix, qui est aussi celle de la Vallée du Bandama et, en outre, celle du Centre de la Côte d’Ivoire, pour nous pénétrer et nous imprégner de ces fortes idées, les répandre et les diffuser autour de nous dans un vaste élan de générosité, les traduire en actes tout au long de ces festivités dont vous apprécierez sans doute les multiples originalités à la consultation de notre site.

Alors, bienvenue à vous tous, chers internautes !

DÉCRETS

Dcret N2010-38 du 25 mars 2010 portant cration du Secrétariat National à la Solidarité et aux Victimes de Guerre auprs du Premier Ministre

Dcret N2010-60 du 27 avril 2010 portant nomination du Secrtaire National

Dcret N2010-286 du 12 octobre 2010 portant attributions, organisation, fonctionnement du Secrtariat National la Solidarit et aux Victimes de Guerre

LA MÉDIATHÈQUE
This text will be replaced by the flash music player.
LES STRUCTURES RATTACHÉES À LA PRIMATURE
 
© 2010 Secrétariat National à la Solidarité et aux Victimes de Guerre